Les 10 outils les plus populaires pour cracker un mot de passe

Cracker un mot de passe est malheureusement plus simple que ce que vous pensez. Voici la liste de 10 outils pour se faire la main.

Source : Les 10 outils les plus populaires pour cracker un mot de passe

Cracker un mot de passe est malheureusement plus simple que ce que vous pensez. Pour s’en prémunir, mieux vaut vaut connaitre les outils utilisées par les hackers.

Infosec Institute a révélé début 2015 quels sont les 10 outils les plus populaires pour cracker un mot de passe.  Découvrez ci-dessous la liste complète de ces outils, fruit du travail du chercheur Pavitra Shankdhar.

Bien sûr il n’est pas question ici de promouvoir une quelconque incitation à utiliser ces outils à des fins malveillantes. Tous ces outils sont de toute façon disponibles pour le public, et doivent justement nous sensibiliser sur la nécessité de créer un mot de passe fort, et les outils mentionnés ci-après peuvent vous aider à tester la sécurité de vos mots de passe. Si vous cherchez des astuces pour ne pas que l’on découvre votre mot de passe, voici quelques bonnes pratiques et mots de passe à éviter. Entre autre : utilisez de longs mots de passe, avec des chiffres, des caractères spéciaux, n’utilisez pas toujours le même mot de passe, n’utilisez pas le nom de votre chat, etc.

[Exclu Presse-citron] F-Secure dresse un état des lieux de la cybersécurité

security

1. Brutus

Il s’agit probablement de l’outil de plus populaire. Il fonctionne sous Windows, est rapide et flexible. Il n’a pas été mis à jour depuis des années mais peut néanmoins être utile.

2. RainbowCrack

Cet outil qui tourne sur Windows et Linux est connu pour être plus rapide que les outils qui utilisent la traditionnelle méthode de cracking dite force brute. Certaines ressources sont gratuites mais pour aller plus loin, des tables payantes sont également disponibles.

3. Wfuzz

Wfuss est une application web qui utilise la méthode force brute. L’outil permet aussi de trouver des ressources cachées telles que des répertoires ou des scripts.

4. Cain and Abel

cain-abel-4

Cain and Abel est également un outil connu. Il tourne sous Windows et a été développé pour les administrateurs de réseaux, les professionnels de la sécurité et les testeurs.

5. John the Ripper

John the Ripper est un outil open source disponible sous Linux, Unix et Mac OS X. L’outil permet de détecter les mots de passe qui sont faibles. Une version pro de l’outil est également disponible.

6. THC Hydra

hydra_start

THC Hydra est un outil de cracking connu pour être rapide. L’outil est disponible sur Windows, Linux, Free BSD, Solaris et OS X. Les développeurs peuvent également participer au développement de l’outil.

7. Medusa

Medusa est assez similaire à l’outil THC Hydra. Pour l’utiliser, il faut connaître le principe des lignes de commande. En local, l’outil peut tester 2000 mots de passe par minute.

8. OphCrack

OphCrackest un outil de cracking disponible sous Windows, Linux et Mac. L’outil est gratuit et sa spécialité est le mots de passe Windows.

9. L0phtCrack

L0phtCrack est une alternative à OphCrack. Il permet également de réaliser des audits via des routines de scan à paramétrer quotidiennement, de manière hebdomadaire ou encore mensuelle.

10. Aircrack-NG

aircrack-ng-5

Aircrack-NG permet de cracker les mots de passe WiFi. L’outil est disponible sous Linux et Windows.

Si le sujet de l’ethical hacking vous intéresse, sachez qu’il existe des formations qui vous permettront d’en apprendre plus sur la manière dont on peut cracker un mot de passe. En effet, de bonnes connaissances dans le domaine permettent aux chercheurs ou aux Chief Security Officers dans une entreprise d’auditer des applications et d’améliorer la sécurité. Les cyber criminels utilisent également ces outils mais le font pour de mauvaises raisons telles qu’accéder aux données de certains utilisateurs. Cet article doit donc être pour vous une prise de conscience : protégez-vous et utilisez des mots de passe forts. Utiliser ces outils à des fins malveillantes relève de votre propre responsabilité : voyez donc plutôt par là une opportunité d’apprendre plutôt qu’une possibilité de nuire à autrui.

 

Publicités
Cet article a été publié dans L'informatique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s